IV Dimanche de Pâques

Je suis le Bon Pasteur. Le Bon Pasteur donne sa vie pour ses brebis.

 

 

“Je suis le Bon Pasteur”. Pour parler de lui-même, Jésus utilise des paroles de tendresse. Il se présente comme le Bon Pasteur, et il dit pourquoi : le Bon Pasteur connaît ses brebis, et ses brebis le connaissent. Le mercenaire n’attache aucune importance aux brebis, alors que le Bon Pasteur, lui, donne sa vie pour elles, et les brebis le suivent en entendant sa voix. Il peut dire : « je connais mes brebis et elles me connaissent ».

 

     Jésus a montré, durant sa passion, qu’il était le Bon Pasteur:

 1° Il est entré par la Porte des Brebis, et non par une autre. Cette expression a un sens mystique. La Porte est la volonté: Jésus entre dans notre âme sans violence. Il nous encourage à le suivre en nous comblant de son Amour et de la Lumière de la Sagesse.

 2° Si on considère que le Bercail est une image de l’Eglise, la Porte est le pouvoir qui a été remis à l’Eglise, autant au Corps réel que mystique, et le Portier qui l’ouvre est le Souverain Pontife, grâce auquel, par son enseignement infaillible, nous pouvons connaître Jésus Christ.  

 

     Jésus a voulu perpétuer l’office du Bon Pasteur, qui comporte les trois fonctions suivantes:

 1° Il veille: cela fait 19 siècle que, sous toutes les latitudes et en tous temps, il veille pour que nous évitions de commettre des fautes.

 2° Il défend: Pour nous défendre, il s’est soumis à beaucoup de souffrances et d’humiliations.

 3° Il paît son troupeau: Il nous nourrit des Lumières de Sa doctrine.

 

Vol. 11, col. 1878